Un célèbre footballeur français en garde à vue ! Sa compagne a été retrouvée nue, en sang, le corps couvert d’hématomes

Le footballeur "Nico­las Douchez", gardien de but de l’équipe de foot­ball de Lens, a été …


Le footballeur « Nico­las Douchez », gardien de but de l’équipe de foot­ball de Lens, a été placé en garde à vue jeudi matin pour violences conju­gales sur sa compagne. La victime, âgée de 28 ans, a porté plainte.

 

Nico­las Douchez va devoir se tenir éloi­gné des terrains de foot­ball un petit moment. L’ac­tuel gardien de but de Lens, qui offi­ciait aupa­ra­vant au Paris Saint-Germain, a été placé en garde à vue jeudi 26 octobre aux alen­tours de 5h30 du matin comme le précise le Pari­sien. C’est au commis­sa­riat du 17e arron­dis­se­ment de Paris qu’il a été entendu par les auto­ri­tés sur les faits qui lui sont repro­chés.

Appe­lés pour des scènes de violence dans un loge­ment avenue Carnot, les poli­ciers ont décou­vert sur place la compagne de Nico­las Douchez : « nue, en sang, le corps couvert d’hé­ma­tomes, pleu­rant, hurlant, au milieu de son appar­te­ment dévasté ». Le foot­bal­leur de 37 ans se tenait dans le salon « énervé, les yeux brillants, sentant forte­ment l’al­cool ». Les tests effec­tués ont d’ailleurs révélé un taux d’al­coo­lé­mie d’1,64 mg/l selon le quoti­dien.

D’après les premières décla­ra­tions de sa compagne, Nico­las Douchez voulait lui « casser la tête  ». Le ton serait très vite monté après une soirée entre amis bien arro­sée : « Il a massa­cré sa compagne. Il l’a saisie par les cheveux et lui a cogné la tête sur le mur et le sol, précise une source. L’état de l’ap­par­te­ment donne un aperçu des violences. Boise­ries cassées, miroir brisé, tiroirs détruits, tabou­ret renversé, débris de verre et vais­selle brisée sur le sol, traces de sang sur les murs et par terre ». La jeune femme a trouvé le courage de porter plainte et la garde à vue de Nico­las Douchez a été prolon­gée. Il sera jugé pour « violences en état d’ivresse » selon une source judi­ciaire, rapportent nos confrères de Jean-Marc Moran­dini.


Découvrez également ...