VIDÉO. Jenifer crée la polémique aux Enfoirés : Patrick Bruel s’énerve

Après le mana­ger de Jeni­fer, au tour de Patrick Bruel de défendre la chan­teuse, critiquée …


[custom_video src= »//players.brightcove.net/811631557001/BkleQSpL_default/index.html?videoId=5297345728001′ allowfullscreen style=’position: absolute;top:0;left: 0;width: 100%;height: 100%; » width= »100% » height= »100% » scrolling= »no » ]

Après le mana­ger de Jeni­fer, au tour de Patrick Bruel de défendre la chan­teuse, critiquée pour s’être endor­mie sur un sac Louis Vuit­ton dans les coulisses des Enfoi­rés.

Il y a trois jours, Michael Youn postait une photo de Jeni­fer en train de dormir sur un canapé dans les coulisses de la tour­née des Enfoi­rés. Mais ce cliché posté pour taqui­ner la chan­teuse a créé une véri­table polé­mique. En cause ? Le sac Louis Vuit­ton que l’ex-coach de The Voice a utilisé en guise d’oreiller. Certains inter­nautes ont en effet jugé indé­cent la mise en avant d’un sac de luxe dans un show cari­ta­tif.

Face à la polé­mique, le mana­ger de Jeni­fer a expliqué à Gala que le sac de luxe était en fait une pièce « vintage » ache­tée dans une fripe­rie. Mais pour Patrick Bruel, qui parti­cipe chaque année à la tour­née des Enfoi­rés, ce scan­dale n’avait pas lieu d’être. « Vous savez, on n’en est pas à la première polé­mique et ça ne sera pas la dernière. Cette insti­tu­tion fait beau­coup de jaloux, énerve les gens. On a beau­coup de succès, on gagne beau­coup d’argent pour les Restos du cœur », a déclaré le chan­teur sur le plateau de TPMP, mercredi soir.

Tenant à défendre sa cama­rade, Patrick Bruel a égale­ment précisé que les artistes chan­taient tous béné­vo­le­ment dans le cadre des Enfoi­rés. « Tout le monde est payé aux Restos du cœur sauf les artistes. Jeni­fer donne une semaine de sa vie où elle répète, chante, travaille. Elle est là et souriante, elle fait le plus qu’elle peut. Elle s’est juste endor­mie sur un sac. Arrê­tez de l’em­mer­der parce que le sac est un Vuit­ton ! », a expliqué le chan­teur en concluant qu’elle avait le droit d’avoir un sac de créa­teur, qui n’est d’ailleurs « peut-être pas le sien ».

Découvrez également ...