Smaïl : Coming-out grâce à La Villa des cœurs brisés, Il dit pourquoi il déclinait constamment les avances d’Eddy !

Depuis bientôt deux semaines, les adeptes de La Villa des cœurs brisés peuvent retrouver Smaïl, …


Depuis bientôt deux semaines, les adeptes de La Villa des cœurs brisés peuvent retrouver Smaïl, prétendant d’Eddy. Mais comment cet homme de 35 ans s’est retrouvé dans l’émission de NT1 ?

Lors d’un Interview accordé à Télé Loisir il répond à tout vos questions :

Il revient pour sur son arrivée dans le programme et son coming-out télévisuel.

Comment avez-vous été approché pour rejoindre cette aventure ?

Smaïl : Une chargée de casting pour le groupe TF1 m’a contacté par Facebook en me signalant un tournage en République dominicaine. Elle m’a présenté le concept, mais je n’ai pas dit oui tout de suite. J’avais besoin d’un temps de réflexion.

Quelles étaient vos appréhensions ?

J’en ai parlé un peu à ma famille et à mes amis. Certains n’étaient pas forcément pour. On m’a demandé de bien réfléchir en me sortant les exemples de Loana ou de François-Xavier (FX) après leur expérience de télé-réalité.

Connaissiez-vous un des candidats présents au préalable ?

A part Eddy, je ne connaissais personne. Il prenait des cours de danse dans la salle de sport où j’étais. Je l’avais croisé avant même qu’il participe à Secret Story. Je suis totalement étranger à ce milieu et à la télévision, je ne regarde que Koh-Lanta ou Pékin Express.

Quelle a été votre première réaction en voyant Eddy ?

Eddy n’est attiré physiquement que par les hétérosexuels et il était important qu’il comprenne que la virilité n’avait pas forcément un lien avec l’identité sexuelle. Je suis donc intervenu dans le cadre d’un exercice de Lucie (Mariotti, love-coach, ndlr) pour l’aider dans sa problématique. Ça a été une très bonne surprise.

Qu’est-ce qui vous a plu chez lui ?

Je le trouve très très beau. Il a un sourire white de chez white. Il est super marrant et j’aime son côté foufou. Il est également très ambitieux : il sait où il met les pieds et quelle direction il prend. J’ai besoin d’admirer la personne avec qui je suis.

Dans l’émission, ce pari de ne pas faire « le premier bisou » était-il un prétexte pour ne pas révéler votre réel statut marital ?

J’ai lu ça sur différents sites, mais je tiens à le répéter : j’étais bel et bien célibataire pendant le tournage de La Villa des cœurs brisés. Je n’appelle pas un flirt d’un mois une relation. Ça faisait six ans que j’étais célibataire. La seule raison pour laquelle je n’ai pas embrassé Eddy est d’ordre culturel. J’avais prévenu la production dès le départ : je n’embrasse personne à la télévision. Et ça n’a rien à voir avec ma sexualité. Lors du mariage de ma sœur, son mari l’a embrassée sur le front.

En arrivant au milieu d’un groupe soudé, êtes-vous parvenu à vous intégrer rapidement ?

Que ce soit Anaïs, qui m’a surnommé « beau frère », ou Martika, tous ont été adorables. J’ai eu droit à un super accueil. Inversement, j’ai pu être présent et à l’écoute pour ceux qui en avaient besoin. Aujourd’hui, je suis toujours en contact avec Nathalie et Martika.

Que vous a apporté cette émission ?

Ça a permis de me libérer d’un gros poids. Je compare ça à la révélation d’une victime de viol après des années. Et je pèse mes mots : pendant 35 ans, j’ai vécu avec ça au fond de moi, dans le mensonge. Comme je le répète sur mes réseaux sociaux : grâce à La Villa des cœurs brisés, je suis aujourd’hui « libéré, délivré ».

Pourquoi l’avoir fait par le biais d’une émission de télévision ?

Je sais très bien que si j’avais dit à ma famille que j’étais gay lors d’un repas, il y aurait une part de déni. Dès le lendemain, ils auraient fait comme si de rien n’était en me parlant de femmes et de petits-enfants. C’est désormais officiel.

Découvrez également ...