L’aveu de Vincent Lagaf’ sur ses années « Bigdil »

Invité sur le plateau du Gros Journal, Vincent Lagaf' est revenu sur ses années de …


[custom_video src= »//players.brightcove.net/800000640001/HyenP6LuN_default/index.html?videoId=5386436688001″ width= »100% » height= »100% » scrolling= »no » ]

Invité sur le plateau du Gros Journal, Vincent Lagaf’ est revenu sur ses années de grand succès avec le Bigdil. L’ancien animateur a alors avoué à Mouloud Achour qu’il avait pris la grosse tête à l’époque et a même évoqué une de ses plus grosses folies.

Vincent Lagaf’, de son vrai nom Vincent Rouïl, a connu de nombreuses vies et pratiqué de nombreux métiers. Mécanicien soudeur de formation, il va devenir humoriste, chanteur, comédien. Mais c’est en tant qu’animateur qu’il va connaître ses heures de gloire dans les années 90 et au début des années 2000. Il va notamment animer un jeu en semaine sur TF1 à 19h00, Le Bigdil. Le programme sera un succès d’audience et va apporter une énorme renommée à son animateur vedette.

Un succès grisant pour Vincent Lagaf’ qui va prendre la grosse tête… C’est en tout cas ce que le principal intéressé dévoile à Mouloud Achour. En effet, invité du Gros Journal ce mercredi 5 avril, l’ancien animateur est revenu sur ses années où l’ivresse du succès lui a parfois fait faire des choses inconsidérées.

« Quand on faisait Le Bigdil, on rendait l’antenne entre 8 et 9 millions de téléspectateurs. Et quand on a fait la 1000ème pendant deux jours d’affilée, (…) on faisait 11 millions de téléspectateurs. (…) C’est grisant ! » raconte ainsi Vincent Lagaf’, évoquant ainsi des audiences dignes, aujourd’hui, d’un énorme prime time sur TF1 et qui donneraient sans doute le tournis à Cyril Hanouna.

Mais tout succès a son revers… et quand Mouloud Achour demande à Vincent Lagaf’ s’il lui est arrivé d’avoir la grosse tête, ce dernier ne nie pas, au contraire… « Moi j’ai pété un câble. Moi j’ai pris la grosse tête (…) C’est comme les joueurs de football, tu passes de ‘j’ai pas une thunes’ à ‘je suis pété de thunes ». Donc tu as un petit peu tendance à penser que le monde est à toi, » révèle d’abord l’ancien animateur.

Alors Mouloud Achour tente de savoir quelle a été la plus grosse folie de Vincent Lagaf’ à cette époque. Ce dernier répond alors : « J’étais capable de n’importe quoi. J’étais capable d’acheter une pizzeria parce que le pizzaïolo me gonflait ! (…) C’est vrai que j’ai pété les plombs avec les biens matériels. » Il raconte également qu’il lui arrivait d’aller sur le salon de Cannes et d’acheter des bateaux comme on achète une baguette de pain.

« C’était ce besoin d’avoir, de reconnaissance, de me dire ‘J’ai quelque chose, j’ai fabriqué quelque chose’. Et puis de fil en aiguille, je me suis aperçu que ce n’était pas d’avoir qui comptait… mais de se dire que tu pourrais faire si tu en avais envie, » conclut donc Vincent Lagaf’ qui s’est depuis assagi.

Découvrez également ...