Sonia Rolland dévoile les lettres d’insultes et menaces de mort des partisans du FN

Il y a 17 ans de cela, lors de son élection au titre de Miss …


Il y a 17 ans de cela, lors de son élection au titre de Miss France, Sonia Rolland a reçu des centaines de lettres d’insultes et de menaces de la part de partisan du FN. A la veille du second tour de l’élection présidentielle, elle a décidé de s’exprimer.

C’était il y a 17 ans, mais le souvenir a toujours un goût amer. Au lendemain de son élection au titre de Miss France, Sonia Rolland a été la cible de plus de 2 000 courriers d’insultes racistes et de menaces de mort, émanant de partisans du Front National. A l’époque, la jeune mannequin n’avait pas tenu à en parler, afin de ne pas « offrir une tribune à cette minorité de haineux ». Mais alors que l’extrême droite se retrouve à nouveau au second tour d’une élection présidentielle, elle a aujourd’hui décidé de tout dire, dans un post Facebook poignant.

Elle explique : « Pour eux, « Je ne représentais pas la France »… On a rayé/inscrit sur ma voiture « sale négresse », sur mon paillasson, je retrouvais de la merde de chien ainsi que sur la poignée de porte de mon appartement… Dans dans des lettres m’étant adressées, les auteurs prenaient le temps d’y mettre de la merde (oui oui de la vraie) en inscrivant « voilà ce que je vois quand je te vois à la télé… Retourne dans ton pays ». »

De faits choquants, qui l’avaient poussée dans la rue, en 2002, pour faire barrage à l’élection de Jean-Marie Le Pen. Et qui la poussent aujourd’hui à militer contre l’élection de sa fille, Marine Le Pen : « Nous sommes en 2017, le visage paraît plus sympathique, la communication plus soignée, le sourire accompagne les promesses de campagne plus sociales, en nous faisant croire qu’elle sera LA voix « du peuple » mais nous savons tous que le fond, les idéaux du FN et de ses partisans sont toujours aussi nauséabonds et empreints d’un sentiment de pouvoir parce qu’ils seraient plus nombreux qu’avant… »

Entre la candidate du FN et Emmanuel Macron, elle a fait son choix : « Le 7 mai j’irai voter contre Marine Le Pen parce que j’aime mon pays. » Mais sa tribune n’a pas fait que des heureux : parmi les commentaires, à nouveau, des dizaines d’insultes et de menaces, qui ne devraient faire que renforcer son sentiment…

Découvrez également ...