L’émouvant discours du conjoint de Xavier Jugelé, le policier tué sur les Champs-Elysées

Lors de l'hommage national rendu ce matin à Xavier Jugelé, son conjoint a prononcé un …


[custom_video src= »//players.brightcove.net/800000640001/HyenP6LuN_default/index.html?videoId=5410247582001″ width= »100% » height= »100% » scrolling= »no » ]

Lors de l’hommage national rendu ce matin à Xavier Jugelé, son conjoint a prononcé un discours très émouvant, en faisant une référence directe aux attentats du Bataclan.

Jeudi 20 avril, Xavier Jugelé a été abattu par Karim Cheurfi sur les Champs-Elysées lors d’une fusillade qui a éclaté sur l’avenue parisienne. Ce mardi matin, un hommage national a été rendu au policier de 37 ans qui a perdu la vie dans l’exercice de ses fonctions, en présence de François Hollande mais aussi des deux finalistes à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Le premier discours a été prononcé par Etienne Cardiles, conjoint de Xavier Jugelé. Il a fait siennes les paroles d’Antoine Leiris qui a perdu sa compagne lors de l’attentat du Bataclan en novembre 2015 : « Vous n’aurez pas ma haine. Car cette haine, elle ne te ressemble pas. Elle ne correspond en rien ce qui faisait battre ton coeur. »

Très ému lors de son discours mais aussi très concentré et digne, le conjoint de Xavier Jugelé a rappelé l’appétit de vivre qui animait le policier : « Ce type de mission, je le sais, te plaisait parce que c’était les Champs-Elysées et l’image de la France que tu protégeais. Parce que c’était la culture que vous protégiez. Tu aimais la vie, le cinéma, la musique. Tu enchaînais les concerts, Céline Dion était ton étoile, Madonna, Britney Spears et tant d’autres. Une vie de joie et d’immenses sourires. Cette vie de star, tu la quittes comme une star. »

Autre moment fort, Etienne Cardiles a eu la gorge nouée lorsqu’il a évoqué son difficile et brutal retour au quotidien : « Quand j’ai appris qu’une attaque avait eu lieu sur les Champs-Elysées, qu’un policier avait été tué, j’ai su au fond de moi que c’était toi. Je suis rentré le soir sans toi avec une douleur extrême et profonde qui s’apaisera peut-être un jour, je l’ignore. » A sa suite, le président de la République a prononcé un discours d’hommage et a décoré Xavier Jugelé de la légion d’honneur, à titre posthume.

Découvrez également ...