On lui reproche de s’être garé sur une place Handicapé. Voici sa réponse…

Stephen Walker est un jeune Anglais au physique avantageux qui semble en pleine forme mais …


Stephen Walker est un jeune Anglais au physique avantageux qui semble en pleine forme mais qui souffre pourtant d’une maladie très grave : la maladie de Crohn.

Ce trouble est handicapant pour lui à différents niveaux. Déjà au niveau médical, car son système digestif ne fonctionne pas sans aide et qu’il doit se balader avec un cathéter, une sonde et d’autres dispositifs médicaux tous les jours. Mais aussi au niveau social, car les gens ne voient pas qu’il est malade et le jugent, par exemple lorsqu’il se gare sur une place handicapé…

Stephen Walker selfie

Source photo : Facebook / Stephen Walker

Trop souvent, les gens jugent sans savoir. Si vous n’avez pas de canne et de chien d’aveugle, si vous n’êtes pas dans un fauteuil roulant ou si vous ne boitez pas, vous êtes en pleine forme !

Stephen est malade et en plus, il souffre du regard des autres chaque fois qu’il se gare sur une place pour handicapés, chaque fois qu’il utilise des toilettes pour handicapés ou qu’il prend la file spéciale dans une institution… Mais il ne va pas soulever son T-shirt à chaque fois pour prouver qu’il a la légitimité pour faire ce qu’il fait.

Stephen Walker soulève son t-shirt

Source photo : Facebook / Stephen Walker

Récemment, Stephen a encore essuyé des remarques tandis qu’il se garait sur une place handicapé. Un homme lui a dit qu’il profitait du système, en le jugeant sur son apparence de jeune homme moderne et à la mode, et pourtant.

En guise de réaction, Stephen a posté un message puissant sur son mur Facebook. Il a été liké 71 000 fois et partagé près de 23 000 fois.

stephen walker maladie de crohn

Source photo : Facebook / Stephen Walker

Voici son message percutant pour vous, traduit en français :

« Les gens jugent trop vite, de nos jours….

Ce n’est pas parce que j’ai l’air normal, que je parle normalement, que cela veut forcément dire que je ne souffre pas d’un handicap très grave. Oui, si vous me regardez, je ressemble à n’importe quel gars normal de mon âge, mais c’est parce que je fais en sorte que vous me voyiez ainsi.

Mais regardez-moi d’un peu plus près, ou posez-moi des questions, et vous réaliserez très vite que je souffre d’une maladie très grave.

– J’ai un cathéter de Hickman, un tube qui sort de ma poitrine et qui est inséré directement dans mon cœur. C’est par là que je suis alimenté artificiellement, par ce qu’on appelle la nutrition parentérale, car mon estomac ne fonctionne pas.

– J’ai une sonde de Ryle qui descend de mon nez à mon ventre pour pouvoir drainer mon estomac, car il ne se vide pas comme celui d’une personne normale.

– J’ai une cicatrice qui part du milieu de ma poitrine jusqu’à mon pubis. C’est là que j’ai été ouvert 3 fois au cours des deux dernières années, pour des opérations chirurgicales lourdes et grâce auxquelles je suis encore en vie.

– J’ai une iléostomie, un dispositif médical plus communément appelé stomie, qui est une section d’intestin grêle sortant de mon abdomen, et à laquelle est attachée un sac de stomie pour récupérer mes excréments, car l’intérieur de mes intestins est envahi par la maladie de Crohn, par les ulcères, les constrictions, les fistules, les goulets, les tumeurs, etc.

– Une personne « normale » devrait avoir environ 6 mètres d’intestin grêle et 1,5 mètre de gros intestins. À cause de toutes mes opérations chirurgicales, il ne me reste plus que 2 mètres d’intestin grêle et 1 mètre de gros intestin. Cela cause des problèmes très graves, comme le syndrome de l’intestin court par exemple. Le résultat, c’est que beaucoup de matière arrive dans ma stomie, ce qui me déshydrate. Cela veut aussi dire que je ne peux pas absorber normalement les nutriments des aliments (c’est pour ça que je me nourris par un tube qui m’apporte directement les nutriments dans le sang). Je ne peux pas non plus prendre de médicaments sous forme orale, ni sous forme de comprimés, ni sous forme de liquides, par ce que tout cela est absorbé par l’intestin grêle.

– J’ai une partie d’intestin directement attachée à mon estomac, parce que mon duodénum est rempli de maladies et que donc mon estomac ne se vide pas bien. La boucle d’intestin qui y avait été raccordée était censée résoudre ce problème, mais comme mon estomac n’a pas travaillé depuis bien longtemps il ne peut plus faire le travail, c’est aussi pour cela que j’ai besoin du tube pour me nourrir.

– Tous mes médicaments sont pris par intraveineuse et je dois les prendre par mon cathéter de Hickman. Cela veut dire qu’au moins, je peux utiliser des médicaments pour m’aider à supporter la maladie, mais l’inconvénient, c’est que cela a aussi provoqué l’obstruction d’une des artères de mon foie. Mes reins non plus ne sont pas dans la meilleure forme du monde, comme je suis déshydraté en permanence.

– Et puis, il y a aussi toutes les autres conséquences de la maladie de Crohn, comme l’ostéoarthrite dans mes genoux due à l’utilisation prolongée de stéroïdes, la gastroparésie parce que mon estomac n’a pas fonctionné depuis trop longtemps, des douleurs chroniques, l’anxiété provoquée par le fait de devoir passer tout mon temps à l’hôpital, et la liste est encore longue.

– Il n’y a pas que ces conséquences physiques qui me font souffrir au quotidien et contre lesquelles je dois lutter. Il y a aussi une bataille mentale qui fait rage en permanence à l’intérieur de moi, parce que je n’ai pas mangé un seul vrai repas depuis deux ans, que je n’ai passé que 4 semaines chez moi au cours des 18 derniers mois, que je suis toujours loin de mes amis et de ma famille, et que je vois très bien que ma maladie les affecte et leur fait aussi du mal. Tout cela a un impact énorme sur mon état psychologique.

Alors la prochaine fois que quelqu’un s’amène et me dit, « ben t’as l’air d’aller très bien, pourquoi tu utilises ces toilettes pour handicapés, pourquoi tu te gares sur une place handicapée ? Tu profites du système, t’es pas handicapé, t’as pas besoin de canne pour marcher », arrêtez-vous, essayez de réfléchir un peu et de vous dire que, peut-être, j’ai juste ENVIE D’ALLER TRÈS BIEN JUSTEMENT, ou au moins de me sentir normal.

Vous ne savez pas tout ce que je dois supporter au quotidien, vous ne savez pas la souffrance que j’endure, et vous n’avez AUCUN DROIT de me juger sur la seule perception que vous avez de moi, sur ce que vous voyez parce que vous ne pouvez pas voir ce qui se passe à l’intérieur, dans mes organes…

Alors, s’il-vous-plaît, réfléchissez avant de parler, pensez à tout ce que j’ai dû faire pour pouvoir sortir de mon lit, m’habiller et justement essayer d’avoir l’air « normal »…

Désolé pour ce super long post, mais j’avais besoin de pousser ce coup de gueule. 🙂 »

Les gens jugent trop vite de nos jours, c’est vrai ! Apprenons à parler ensemble avant de nous juger les uns les autres.

Ce message de Stephen fait du bien car il peut s’appliquer à toutes les composantes de la société, les origines et les traditions, les choix au niveau de la religion, de la sexualité ou professionnels, etc. Cessons d’avoir peur des autres et de juger, essayons déjà de nous connaitre et de nous accepter.

Si le message de Stephen a fait mouche, vous êtes invité à le liker, le commenter et le partager avec tous vos proches !


Découvrez également ...