La compagne d’un candidat de tv-réalité retrouvée morte, un proche brise le silence

Nous appre­nions hier le décès dans de terribles condi­tions de la compagne d’un candi­dat de …


Nous appre­nions hier le décès dans de terribles condi­tions de la compagne d’un candi­dat de l’émis­sion 10 Couples parfaits. « Michel Espagne », le père d’Oli­vier ancien candi­dat et compa­gnon de la défunte, parle pour la première fois.

Olivier Espagne, ancien candi­dat du programme 10 Couples parfaits, vit depuis quelques jours un drame atroce. Sa compagne, enceinte de huit mois de leur enfant, est décé­dée dans de très violentes circons­tances ce mercredi 13 septembre. Il l’a retrou­vée dénu­dée, pieds et poings liés, des baillons enfon­cés dans la bouche et portant des traces de coups au visage.

Si l’iden­tité du candi­dat n’avait pas été dévoi­lée, bien que de nombreux détails permet­taient de l’iden­ti­fier, c’est désor­mais chose faite. Contacté par Sud Ouest, Michel Espagne, le père d’Olivier a expliqué que son fils est « toujours sous le choc » et a « fait l’objet d’une prise en charge psychologique par les services de l’hôpital de Bayonne« . Sa compagne étudiante à Bordeaux aurait subi « des traumatismes violents et répétés, à la face principalement, combinés peut-être avec un éventuel processus d’asphyxie lié au bâillon qu’elle avait dans la bouche« .

Samuel Vuelta Simon, procu­reur de la Répu­blique de Bayonne en charge de l’ins­truc­tion du dossier, avait quali­fié ce meurtre d’« acte crimi­nel parti­cu­liè­re­ment violent  ». L’ins­truc­tion suit son cours, et selon les résul­tats d’au­top­sie, la jeune femme de 23 ans serait morte asphyxiée à cause du bâillon qui entra­vaient « ses voies aériennes supé­rieures ».

Dans le cadre de l’enquête, les gendarmes de la Section de Recherche de Pau, ont égale­ment établi qu’il n’y avait pas de trace d’ef­frac­tion au domi­cile où rési­dait la jeune femme. Lors d’une confé­rence de presse qui s’est tenue hier, dont Sud Ouest s’est fait l’écho, le colo­nel Laurent Lesaffre, respon­sable de l’unité de recherche, a précisé que cinquante gendarmes sont mobi­li­sés afin de faire au plus vite la lumière sur ce drame.


Découvrez également ...