Affaire Alexia Daval : des rumeurs circulaient en ville

Tous les détails à l'intérieur


Depuis ce lundi 29 janvier, Jonathan, l’époux de la victime, est en garde à vue. Une tante de la jeune femme assassinée témoigne dans le Parisien ce mardi 30 janvier.

Ce lundi 29 janvier à 9h, l’interpellation et le placement en garde à vue de Jonathan, le mari d’Alexia, la joggeuse de 29 ans retrouvée morte le 30 octobre le corps brûlé dans un bois près de Gray en Haute-Saône a suscité l’émotion voire l’effroi.

Jonathan Daval, informaticien, doit répondre à de nombreuses interrogations. Selon les gendarmes, il aurait menti sur son emploi du temps. Un témoin, voisin du couple, assure avoir entendu une voiture sur la route vers 1h30. Des traces de pneus relevées près de la scène de crime ont été analysées et des correspondances auraient été trouvées. Suspect aussi un morceau de drap trouvé sur la scène de crime dont l’analyse confirmerait qu’il est lié au couple. De plus, sa maison était placée sous surveillance depuis de longues semaines. Cette demeure aurait pu être le théâtre d’une dispute du couple qui se serait terminée tragiquement.

Selon l’avocat de Jonathan maître Randall Schwerdorffer qui s’exprime dans le Parisien “Jonathan m’a confirmé qu’en aucun cas il était lié d’une façon ou d’une autre au décès de son épouse.”

La petite ville de Gray est sous le coup de la stupeur. Parmi les proches de la jeune femme, une de ses tantes apporte son témoignage dans le quotidien parisien : “On espère vraiment que ce n’est pas lui. Parce que sinon, c’est dramatique… on est en plein cauchemar.” Puis, elle ajoute : “Depuis le départ, on dit qu’on veut savoir la vérité. Evidemment, personne dans la famille ne souhaite que Jonathan soit impliqué. On savait qu’il y avait des rumeurs qui circulaient en ville mais on n’en a jamais tenu compte.”

Maître Florand, l’avocat des parents d’Alexia, a réagi dans Le Parisien à la mise en examen du mari d’Alexia : “Si Monsieur Daval qui est présumé innocent venait à être mis en examen, ce serait pour mes clients quelque chose de monstrueux, ce serait perdre leur fille une deuxième fois. C’est une possibilité que l’on ne peut pas écarter.”

Ce mardi 30 janvier s’annonce très long pour Jonathan Daval mais aussi pour les proches de la victime.


Découvrez également ...