L'horrible lettre du père qui a tué Léa, sa fille de trois ans [Photos]

Le 22 mai 2016, la petite Léa âgée de 3 ans est morte assassinée par son père, avant que celui-ci disparaisse. Blandine, sa mamans dévastée par le chagrin se bat pour que justice soit faite, acceptant de dévoiler la terrible lettre envoyée par son ex-compagnon assoiffé de vengeance.

blandine

L'horreur est à la hauteur du drame. Depuis la mort de sa fille Léa, le 22 mai dernier, Blandine n'a de cesse que de retrouver son ex-compagnon Cédric. C'est lui, qui par vengeance après avoir été quitté par Blandine, avait décidé de tuer sa propre fille de trois ans. Une mort par asphyxie , provoquée sans somnifère comme l'avait confirmé l'autopsie.

Si depuis le drame Cédric a disparu, laissant derrière le corps de sa petite fille dans son appartement et ses effets personnels, Blandine n'a pas renoncé à retrouver sa piste : " Je veux qu'il paie. C'est la colère qui me fait tenir debout" a-t-elle confié dans les colonnes du Parisien.

Dans sa quête, Blandine garde espoir, grâce au précieux témoignage d'un automobiliste, qui explique l'avoir pris en stop jusqu' à Annemasse. Alors poussée par le désespoir et l'envie d'avancer, Blandine a accepté de dévoiler l'immonde lettre écrite par Cédric et partage l'avis de recherche sur facebook.

Un courrier rédigé probablement sous l'effet de l'alcool, addiction dont il souffrait et qui avait poussé Blandine à demander la garde exclusive, provoquant certainement sa colère : " Salut Blandine, Je suis très heureux aujourd'hui, tu as dû apprendre la bonne nouvelle. Hi hi. Je t'avais dit de jamais toucher à Léa mais tu n'as pas voulu m'écouter. Nous sommes partis. Dommage tu ne lui as pas dit au revoir. Tu as voulu une nouvelle vie. Maintenant tu peux la refaire sans Léa" écrit-il d'abord avant de poursuivre : " Aujourd'hui ça doit être dur d'aller dans la chambre de Léa en te disant que tu ne la verras plus jamais. Je ne te souhaite pas une bonne fête de mère puisque tu ne l'es plus. Hiiiiiii. Comme je suis très heureux aujourd'hui de voir que tu vas pleurer tous les jours la mort de ta fille. Tu m'as forcé à faire ça. Je t'avais dit de ne jamais me séparer de ma fille".

Une missive remplie de haine et de vengeance qui se termine en ces termes : " J'espère que cette année tu vas bien souffrir avec la mort de ta fille et bientôt celle de ton père (très malade). Champagne !!! Allez sois la plus malheureuse possible. Je ne regrette rien. Content de t'avoir fait vivre un enfer. Moi j'ai bien vécu jusqu'à aujourd'hui".

blandine1

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×