"Je suis folle amoureuse de mon fils. Ni la prison ni la justice ne nous sépareront"

Enceinte à 16 ans, Monica avait fait adopter Caleb, le petit garçon dont elle ne pouvait s'occuper. L'an dernier, mère et fils se sont retrouvés... et sont tombés éperdument amoureux. Aujourd'hui, s'ils risquent la prison pour inceste, ils n'en sont pas moins déterminés à rester ensemble.

mere et fils

En attendant leur procès qui devrait se tenir en septembre, cette mère et son fils ont interdiction formelle de se voir et de communiquer. Encourant chacun 18 mois de prison et 5 000 $ (env. 4 500 €) d'amende, Monica, 36 ans, et Caleb, 19 ans, se disent pourtant "follement amoureux" et prêts à tout pour défendre leur relation.

"Il est l'amour de ma vie et je ne veux pas le perdre, clame cette Américaine. Ma famille l'aime. L'un de mes enfants l'appelle même papa. Rien ne pourra se mettre entre nous, ni la justice ni la prison. Rien." Il y a vingt ans, Monica, alors âgée de 16 ans, donne naissance à un petit Caleb. Ne pouvant le garder, elle le donne à l'adoption. Mère et fils n'auront plus aucun contact jusqu'aux fêtes de Noël 2015, où Caleb, âgé de 18 ans, veut renouer avec sa mère biologique, désormais maman de neuf enfants. Il finit par retrouver sa trace grâce à Facebook.

"Le sexe a renforcé notre amour"

Très vite, leurs retrouvailles prennent un tour que la morale réprouve. Faisant fi du lien filial, Monica et Caleb tombent amoureux et se l'avouent. Quelques semaines plus tard, leur relation devient charnelle. "Je me sentais à l'aise avec lui et le sexe a renforcé notre amour, déclare Monica. J'imagine que, si je l'avais élevé, rien de tout ça ne serait arrivé." Totalement épris lui aussi, Caleb emménage aussitôt chez sa mère biologique devenue sa compagne. Mais, très vite, le couple s'attire les foudres de ses voisins. Arrêtés par la police, mère et fils sont poursuivis par la justice : l'inceste est un délit condamnable dans cinquante états des Etats-Unis, dont le Nouveau-Mexique où ils vivent.

"Je ne l'ai jamais vue comme ma mère"

Une situation totalement injuste et infondée aux yeux de Monica et de Caleb qui, loin de se cacher, ont choisi de lever le voile sur leur amour pour sensibiliser la population au phénomène de l'attraction sexuelle génétique. Cette attirance irrépressible qui, selon certains spécialistes, pourrait se déclarer entre membres d'une même famille après des retrouvailles tardives. "On est au-delà d'une relation mère-fils, explique le jeune homme de 19 ans, qui se dit prêt à attendre sa bien-aimée si elle devait être incarcérée. Je ne l'ai jamais vue comme ma mère. Enfin parfois... mais, le plus souvent, pas du tout. J'ai le droit d'aimer qui je veux et j'aime Monica." La loi américaine, elle, ne l'entend pas ainsi. Si Caleb peut échapper à la prison en raison de son jeune âge, sa mère biologique, elle, risque fort de se retrouver derrière les barreaux. Déterminée, Monica affirme qu'elle ne se résignera pas : "Je dois être avec lui. Après ma sortie de prison, je déménagerai dans un Etat qui nous permettra d'être ensemble."

En France, Monica et Caleb ne seraient pas poursuivis

Pour la loi française, l'inceste, c'est-à-dire le rapport sexuel entre deux personnes qui sont parents à un degré où le mariage est interdit, ne constitue pas une infraction. Si la relation est librement consentie et concerne deux personnes ayant atteint l'âge de la majorité sexuelle, fixé à 15 ans, elle ne tombe pas sous le coup du code pénal. Toutefois, si le droit français ne mentionne pas explicitement l'inceste comme un délit, il considère comme "circonstance aggravante" le fait qu'une agression sexuelle ou un viol sur un mineur soit commis par un "ascendant légitime naturel ou adoptif ou toute personne ayant autorité sur la victime".

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×