Les médecins tirent la sonnette d’alarme. Ne jamais nettoyer le visage de votre enfant avec CE PRODUIT!

Malgré leur utilité, les "lingettes" pour bébés peuvent présenter un danger pour vos enfants.

Une étude démontre que la présence d’un ingrédient en particulier cause des réactions irritantes chez les jeunes enfants. Le Dr. Mary Wu Chang, co-auteur de cette étude a réalisé des expériences sur plusieurs enfants en utilisant des lingettes et ses conclusions sont effrayantes.

Une fillette agée d’un an a eu des éruptions cutanées très graves tant sur les fesses qu’autour de la bouche. Le coupable ? Des lingettes.

Un enfant belge a eu de graves réactions allergiques à la méthylisothiazolinone. Ce dernier est l’un des agents de conservation chimiques utilisés dans la production des lingettes. Dès que la mère a cessé d’utiliser les lingettes, les éruptions ont cessé chez l’enfant. Il est à noter que la méthylisothaizolinone entre dans la composition de nombreuses marques populaires telles que Johnson & Johnson, Cottonelle et Huggies.

La Dr. Ellen Frankel, une dermatologue déclare : « Je dis toujours aux parents de ne jamais utiliser les lingettes pour bébés. Il y a de nombreux produits chimiques qui peuvent irriter la peau qui est déjà irrité par les selles et l’urine. »

Cependant, si vous insistez et vous désirez les utiliser, prenez le temps de regarder les ingrédients. Si la méthylisothaizolinone est sur la liste alors évitez les à tout prix. L’utilisation de débarbouillette douce avec de l’eau tiède est efficace et plus naturelle.

En plus de cela :

Des allergènes existent en quantités très importantes dans 12 lingettes et 2 laits de toilettes, avec un record pour les lingettes ‘Eco de Naty’ . Ces dernières affichent des taux 700 fois plus importants que les concurrents les moins chargés !

Le phénoxyéthanol, un conservateur toxiques pour le foie, le système reproducteur et le développement se trouve dans la composition de pas moins de 14 lingettes (par ex. Mixa, Pampers, Carrefour Baby …) et 3 laits de toilette (par ex. Mixa Bébé).

D’autres types au nombre de 6 (par ex. Carrefour Baby, Top Budget-Intermarché …) renferment des parabènes à longue chaîne suspectés d’être des perturbateurs endocriniens qui interférent avec le système hormonal.

Deux produits seulement sur un total de 34 sont exempts des substances toxiques recherchées : les lingettes ‘Natural caresse’ de ‘Bébé Cadum’ et le lait de toilette ‘Natessance’.

Une utilisation induisant une surexposition aux risques :

Une utilisation répétitives des lingettes pour des fins de nettoyage sur une peau de bébé souvent irritée amplifie l’exposition aux risques.
Pire encore, le manque pour ne pas dire l’absence total de rinçage après utilisation des lingettes prolonge le temps de pénétration.

Enfin, les substances contenues risquent d’être d’autant plus nocives que certaines d’entre elles, suspectées d’être des perturbateurs endocriniens, pourraient agir aux stades précoces du développement de l’enfant.

Une réglementation qui s’assoit sur le principe de précaution :

Compte tenu de ces risques et du fait que les produits sont destinés aux enfants, les experts demandent que des limites plus strictes soient appliquées.
Pour le phénoxyéthanol, les experts français recommandent de limiter à 0,4% la concentration dans les produits pour les moins de trois ans et surtout de le bannir dans les produits destinés au siège.

50 % des produits testés contiennent ce produit à risque, 25 % en renferment plus de 0,4%, avec un record de 0,9% pour les lingettes ‘Klorane’ .

Ces dépassement en terme de concentration est rendue possible par le laxisme de la réglementation européenne.
En effet, ignorant les avis d’experts, celle-ci fixe une valeur maximale à 1% quel que soit l’usage !

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×