Elle jette un oeil sur les SMS de son voisin dans l'avion et empêche le pire en le faisant arrêter

On pourrait se croire dans un film hollywoodien. Une institutrice a réussi à faire arrêter un "pédophile" de façon totalement inattendue. La femme, qui a refusé que son identité soit dévoilée, a pris un vol de Seattle à San Jose de la Southwest Airlines lundi dernier. Le passager devant elle consultait ses SMS et elle a jeté un regard sur sa correspondance. Les SMS s'affichaient en grande taille et l'institutrice a compris très vite qu'elle venait de découvrir quelque chose de grave.

Michael Kellar, 56 ans, faisait référence à des enfants de façon sexuelles. Il demandait à son interlocuteur de procéder à des attouchements sur des enfants. La police de San Jose a confié au journal Mercury News qu'elle a alors décidé de conserver des preuves de cette échange. Elle a pris la conversation en photo avec son propre smartphone et elle est allée montrer ses photos à l'équipage. Les hôtesses de l'air ont immédiatement prévenu les autorités au sol.

La police locale épaulée par les agents du FBI de San Francisco ont cueilli Michael Kellar à l'atterrissage. Il a d'abord expliqué que les SMS n'étaient qu'un jeu de rôle et des fantasmes sexuels. Pendant ce temps, à Tacoma (Washington), la police tentait de retrouver l'identité de la personne avec qui il conversait. Il s'agissait de Gail Burnworth, 50 ans, une femme rencontrée sur Internet. Elle devait ce jour-là babysitter les deux enfants dont il était question dans les SMS. La police a réussi à l'arrêter avant son passage à l'acte.

Les deux enfants concernés ont été identifiés. Ils sont âgés de 5 et 7 ans, avaient déjà été agressés sexuellement, et ont été placés sous protection judiciaire. Selon les autorités, Kellar demandait à Gail Burnworth d'exécuter des actes sexuels précis sur les enfants. Elle les lui rapportait ensuite.

Les deux sont en prison, l'un en Californie, l'autre à Washington. La police de San Jose considère la passagère qui a rapporté les faits dont elle a été témoin comme une héroïne. "Les gens qui font ce genre de choses sont littéralement parmi nous. Nous ne savons pas qui ils sont. Si elle n'était pas venue vers nous, si elle n'avait rien fait, ils auraient continué leur plan. Ils doivent être punis et ils ont besoin d'être tenus à l'écart des enfants." Le policier Brian Spears a ajouté: "À mes yeux, elle est notre héroïne".

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×