TERRIFIANT ! Split : l'histoire vraie terrifiante qui a inspiré le film

Avec "Split", en salles mercredi, M. Night Shyamalan s’attaque à un sujet passionnant, mais difficile, celui des troubles dissociatifs de l’identité. Il s'inspire librement du cas de Billy Milligan, en qui cohabitaient 23 personnalités.

Avec Split, M. Night Shyamalan s’attaque à un sujet passionnant, mais difficile, celui des troubles dissociatifs de l’identité (les TDI). Parfois appelés aussi troubles de personnalités multiples, les TDI sont souvent confondus – à tort – avec une autre pathologie, la schizophrénie, qui présente des symptômes communs, mais se manifeste souvent par des hallucinations, visuelles ou auditives, et non par une démultiplication des personnalités.

Le trouble dissociatif de l’identité naît d’un mécanisme de défense lié, en règle générale, à des mauvais traitements répétés pendant l’enfance et donne naissance à plusieurs personnalités distinctes. Dans Split, Kevin (James McAvoy) a 23 personnalités et la 24ème, encore enfouie, menaçant de se révéler. Comme pour Kevin, 23 personnes très différentes coexistaient en Billy Milligan, un individu bien réel, mort en 2014, qui souffrait de TDI. Les crimes dont il était accusés n'avaient été perpétrés par Billy, mais par deux de ses alter ego.

La personne aux 24 personnes

William Stanley Milligan, dit Billy, naît à Miami Beach en 1955. Après le suicide de son père quatre ans plus tard par intoxication au monoxyde de carbone, sa mère déménage dans l'Ohio. Alors qu’il est encore un enfant, son beau-père le viole et le torture. En 1975, il est arrêté pour viol et pour braquage. Relâché deux ans plus tard, en liberté conditionnelle, il est arrêté de nouveau pour le viol de trois jeunes femmes sur le campus de l’Université d’Etat de l’Ohio. L’une des victimes déclare alors qu’il était plutôt gentil et se comportait comme une fillette de 3 ans. Examiné par des psychiatres alors qu’il prépare sa défense, il est d’abord diagnostiqué schizophrène, puis un second médecin établit qu’il souffre d’un trouble de personnalités multiples. Son avocat plaide la folie et il est interné.

C’est à ce moment que les 23 personnes en lui se révèlent. A l’époque, l’affaire fait grand bruit, mais on dispose aujourd’hui d’assez peu de sources sur la question, la plus précieuse étant les romans non fictionnels de Daniel Keyes, Les mille et une vies de Billy Milligan et sa suite, Les mille et une guerres de Billy Milligan. Dix personnalités ont été désignés comme n'étant pas « indésirables » par deux des alter ego de Billy, qui lui est l'hôte, la personnalité d'origine. Neuf, donc, en plus de Billy lui-même, qu’il a été assez facile d’identifier, pour les psychiatres, et que Keyes présente dans son livre :

- Arthur, un Anglais extrêmement sophistiqué et instruit, parle et écrit l'arabe. Il a appris la médecine en autodidacte, notamment l’hématologie. Il intervient dans des moments qui nécessitent la réflexion.

Ragen Vadascovinich se décrit comme étant yougoslave, parle avec un fort accent slave, maîtrise le serbo-croate et est expert en armes à feu. Doté d'une force extraordinaire, il « garde la haine » : il prend conscience lors de moments dangereux. Coupable des braquages, de son propre aveu, il ne savait rien des viols dont Billy était accusé.

- Allen, escroc et manipulateur, joue de la batterie et peint des portraits. C'est le seul droitier et le seul fumeur.

- Tommy est un virtuose de l’évasion et expert en électronique. Il joue du saxo ténor et peint des paysages.

- Danny, anthropophobe, craint particulièrement les hommes. Il ne peint quant à lui que des natures mortes. Il raconte que son beau-père (celui de Billy) l'a forcé à creuser sa propre tombe et l'y a enterré vivant.

- David a 8 ans. Il « garde la douleur » : il apparaît pour subir la douleur des autres.

- Christene, 3 ans, est celle qui restait au coin quand Billy Milligan était puni durant son enfance, à l'école. Elle est une des personnalités les plus anciennes. Elle est dyslexique, mais Arthur lui a appris à lire et à écrire.

- Christopher, 13 ans, est le frère de Christene. Il joue de l'harmonica.

Adalana est une jeune femme de 19 ans, lesbienne et poète. Elle cuisine, nettoie la maison pour les autres et manque cruellement d’affection. C’est elle qui a plaidé coupable pour les viols dont Billy était accusé.

Dans la « famille », qui désigne le corps et ses personnalités, d’autres alter ego ont été désignées comme « indésirables » par Arthur et Ragen après avoir outrepassé certaines règles et n'ont été identifiées par les médecins qu'après l'hospitalisation de Billy. Parmi ces 13 autres, on retrouve notamment :

- Phil, un bandit avec un fort accent de Brooklyn, qui a participé à la planification de délits. Il est indésirable car c'est un criminel.

- April, qui ne pense qu'à détruire le beau-père de Billy et a même après avoir convaincu Ragen de le tuer (ce dont Arthur l'a dissuadé).

- Samuel, qui est juif, le seul à croire en Dieu. Il a vendu certaines peintures réalisées par les autres, ce qui lui a valu d’être indésirable.

- Shawn, 4 ans, qui est sourd. Indésirable, il n'était pas enfoui aussi profond que les autres dans la conscience de Billy.

Enfin, le Prof est le résultat du traitement : c'est la fusion des 23 personnes qui cohabitent en Billy. Daniel Keyes, l'auteur du livre sur Billy Milligan, a confié n'avoir jamais rencontré de personne aussi intelligente.

Le cas de Billy Milligan est fascinant, et on comprend aisément pourquoi Shyamalan s'en est pris de passion. Le cinéaste s'est donc saisi du sujet, le trouble dissociatif de l'identité, pour mieux le ramener dans son univers fantastique : « Avec le trouble dissociatif de l’identité, chaque personnalité croit en sa propre existence, à 100%. Si l’une d’elles est persuadée d’être diabétique ou d’avoir du cholestérol, son corps peut-il en être affecté ? (...) Personnellement, je crois que oui. Et si l’une des personnalités croit qu’elle possède des pouvoirs surnaturels ? Qu’en est-il alors ? »

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×