La bouleversante histoire VRAIE derrière Marion, 13 ans pour toujours

Ce mardi soir, France 3 a diffusé Marion, 13 ans pour toujours, un téléfilm tiré d’une histoire vraie et du livre témoignage de Nora Fraisse, interprétée à l’écran par Julie Gayet.

13-ans

En février 2013, sa jeune fille Marion s’est pendue à l’âge de 13 ans, après avoir été harcelée par des camarades à l’école et en ligne. Le film sera suivi d’un débat, dans un souci de sensibilisation et de pédagogie. Ce n’est pas la première que la télévision et la fiction s’inspirent d’un fait divers et de société, et portent à l’écran un tel témoignage écrit.

Un livre avant le téléfilm

marion1

Avant de devenir le téléfilm diffusé ce soir sur France 3, "Marion, 13 ans pour toujours" est un livre écrit par la mère de la victime. Elle y raconte l’effroyable quotidien de son enfant entre insultes et absence de soutien. En partageant son histoire, Nora Fraisse démontre une fois de plus que le harcèlement scolaire n’est absolument pas un phénomène isolé. Chaque année, plus de 700 600 élèves en souffrent. Parmi eux, 295 600 sont en CE2, CM1 ou en CM2, 332 000 au collège et 73 000 au lycée. Avec l’adaptation filmographique réalisée par Bourlem Guedjou, la mère de Marion entend bien élargir son audience et s’adresser directement aux jeunes. "J’espère évidemment que les enfants se rendront compte que le harcèlement va trop loin, que c’est grave et qu’il faut arrêter mais aussi que cela fera réagir les pouvoirs publics."

marion

Un casting épatant en hommage à Marion

Pour rendre hommage à Marion Fraisse, Bourlem Guedjou a réuni derrière sa caméra un casting prestigieux et très impliqué. Dans le rôle de Nora, la maman de la victime, on retrouve Julie Gayet. Dans celui de Marion, la jeune Luàna Bajrami. Cette adaptation de "Marion, 13 ans pour toujours" aborde avec délicatesse et sensibilité le sujet du harcèlement scolaire.

A la fin de son enquête, Nora Fraisse estime que Marion n’a pas été suffisamment protégée par l’équipe éducative du collège et constate que celle-ci n'est pas prête à reconnaître sa part de responsabilité dans le drame. «En face de nous, nous avions une administration muette, des enseignants fuyants et des parents parfois hostiles», raconte-t-elle. D’où son action en justice pour que la lumière soit faite sur le drame. Elle espère aussi que son livre «agira comme un détonateur et fera prendre pleinement conscience de la gravité du harcèlement entre élèves». Et invite l’administration scolaire «à s’évertuer à la vigilance, à l’écoute et à la bienveillance à l’égard des enfants en souffrance». Mais pour cette mère courage, difficile d'imaginer une forme d'apaisement: «la vie est trouée de chagrin (…). On a pris perpète», confie-t-elle.

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×