Jeux olympiques : Yohann Diniz, "satisfait" d'être "allé au bout" après son calvaire

Au lendemain de sa performance épique à Rio, où il a terminé 8e du 50 km marche malgré de gros problèmes intestinaux et un évanouissement, le Français Yohann Diniz s'est confié à la presse. Extraits.

Son calvaire durant le 50 km marche des Jeux olympiques a marqué les esprits. Victime de problèmes gastriques, Yohann Diniz a réussi l'exploit de terminer l'épreuve, malgré des diarrhées à répétition et une perte de connaissance. Après avoir franchi la ligne d'arrivée et s'être classé huitième, l'athlète français a été hospitalisé vendredi 19 août. Sorti de la clinique quelques heures plus tard, le marcheur rémois s'est confié à des journalistes au village olympique de Rio.

yohann

"Je suis satisfait de ce que j’ai fait. Je me suis battu. Je suis allé au bout de ce que je pouvais donner", a notamment déclaré Yohann Diniz au Monde. Le recordman du monde et champion d’Europe en titre n'a pas eu la médaille olympique dont il rêvait. Mais il a au moins "le sentiment du devoir accompli". "Dans la société actuelle, on croit pouvoir tout faire en un claquement de doigt, on se dit : 'Tiens je vais m’inscrire à la Star Ac et demain je vais être célèbre.' Mais ce n’est pas ça la réalité de la vie. Je me suis tout le temps battu dans ma vie. Ce n’est pas la jungle mais pas loin", ajoute celui qui a bluffé tout le monde par son incroyable détermination.

yohann1

"Je n’aurais pas pu abandonner. Mon disque dur n’était pas formaté pour l’abandon. Il était formaté pour aller au combat", ajoute plus loin Yohann Diniz. S'il garde des souvenirs précis de la première partie du 50 km et de ses problèmes intestinaux, il a fini l'épreuve dans "un voile total". "J’ai tout de suite eu des gros soucis au niveau gastrique dès le dixième kilomètre. Ça s’est vite transformé en saignements à partir du 12e, puis au 15e, 20e, 25e", confie-t-il. "Dès que je me vidais ça allait mieux mais à partir d’un moment je commençais à trop me vider et je me déshydratais complètement. Je n’avais plus aucune énergie."

Déshydraté et en souffrance, Yohann Diniz, qui était alors seul en tête, s'est arrêté le long des barrières au niveau de ses entraîneurs pour reprendre son souffle et attendre son premier poursuivant, Evan Dunfe. "J’ai attendu le Canadien pour essayer de me refaire la cerise. Mais je n’arrivais plus du tout à suivre et j’avais vraiment des grosses douleurs", raconte-t-il. C'est dans un état second qu'il a terminé l'épreuve, dont il garde peu de souvenirs précis. "Après, je crois que je suis tombé, des gens ont voulu que je m’arrête, je ne me suis pas arrêté. On m’a aidé à me relever, je ne m’en souviens même pas", confie le Français. "Je ne savais même plus dans quel sens je devais prendre la route. Ça a été un voile total. A partir du 40e, je ne sais pas comment j’aurais pu finir. Mais en tout cas j’ai fini et je suis là aujourd’hui. C’est que tout va bien", ajoute-t-il.

Encore "pas mal déshydraté", Yohann Diniz se dit néanmoins "moins fatigué que d’habitude". Et pense déjà à la suite de sa carrière. "Pour l’instant, je me vois chez moi avec mes amis et ma famille", confie celui qui devait prendre l'avion pour la France samedi soir. "Mais après, je me vois à Londres l’an prochain. J’essaierai de prendre du plaisir tout au long de l’année. Parce qu'hier [vendredi, Ndlr], je n’ai quand même pas pris beaucoup de plaisir à la fin. Il faudra s’amuser, j’ai hâte d’y être. Je ne veux pas finir sur une note comme celle de [vendredi]."

"L’aventure continue, elle ne peut pas s’arrêter là-dessus", conclut Yohann Diniz, qui s'est également confié sur sa page Facebook.

yohann

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Suivez-nous !

×